Avant Marilyn

De toutes les personnes que Marilyn a rencontré dans sa vie, Emmeline Snively est certainement la plus importante.
Lorsque la jeune Norma Jeane Dougherty se fait photographier pour la première fois au début de l’année 1945, elle ne se doute pas encore que sa vie va prendre un tournant décisif. Elle découvre alors le plaisir d’être modèle.
Sous les conseils de Potter Huett, ami de David Conover (le découvreur de la future star), elle signe dans l’agence « Blue Book Model Agency » tenue par Emmeline Snively. C’est elle qui donna une direction à cette jeune femme d’à peine 19 ans. Elle lui enseigna la meilleure façon de poser, de se mettre en valeur et bien évidemment de se défriser les cheveux et surtout de les éclaircir. En fait Snively fut d’une certaine façon une mère pour Norma Jeane.

Des archives totalement nouvelles appartenant à Miss Snively ont refait surface après avoir passé près de 40 ans dans un carton, grâce à Astrid Franse et son mari qui les ont récupéré par hasard et sans grande conviction 20 ans plus tôt.
Cette matière première va servir pour la réalisation d’un livre sur les années de modèles de la future Marilyn Monroe. Que contiennent ces archives ? Que vont-elles révéler sur le travail de Marilyn au sein de cette agence ? Plein de questions en suspend qui laissent rêveur.
Ajoutez à cela le nom de Michelle Morgan, bien connu des fans de Marilyn pour réaliser des livres de façon sérieuse et pointue… vous piétinez d’impatience.

Juillet 2015, le livre arrive enfin sous le nom de « Before Marilyn, The Blue Book modelling years » (Avant Marilyn, les années de modèle à la Blue Book).
Composé de près de 240 pages divisées en huit chapitres, il est agrémenté de plusieurs photos de modèles ayant travaillé pour l’agence, de photos d’Emmeline Snively, ainsi que divers documents écrits parfois de la main de Snively et même de Marilyn ! Bien évidemment le gros des photos sont celles de Marilyn. Nous pouvons retrouver des clichés de ses années à la Blue Book mais aussi lors de son premier contrat à la Fox et quelques unes lors de ses années de gloire.

before-marilyn before-marilyn00

MON AVIS

Au premier coup d’oeil, surtout pour un livre en anglais, nous sommes attirés comme des papillons par les photos de Marilyn composant le livre. Déception : les photos sont toutes connues exceptées à peine dix qui ont été diffusées officiellement sur le net quelques jours avant l’arrivée du livre dans les boîtes aux lettres ! Sympa.
Je dois tout de même avouer que je suis très contente d’avoir dans un livre des clichés que nous n’avions vu jusqu’à présent que sur le net.
Quant aux autres photos de l’agence, de l’Ambassador Hotel où elle se situe, des différents modèles ayant travaillé dans ce lieu, je suis vraiment conquise. Je regrette presque de ne pas en voir plus… mais le thème du livre n’est pas celui-là !
Concernant les divers documents, très peu semblent concernés le travail de Marilyn au sein de l’agence mais plus le fonctionnement voulu par Emmeline Snively de son entreprise. Sans doute leur intérêt devient évident en lisant… ce qui s’avèrera presque vrai.

Personnellement, j’attendais beaucoup d’informations de ce livre. Je pensais trouver de nombreuses notes sur les photographes, les différentes séances que Marilyn ait pu faire, sur la raison des changements de nom que nous pouvons parfois apercevoir sur les couvertures de magazines faites par le jeune modèle (Norma Jeane Dougherty, Norma Jean, Jean Norma…), le nombre de couvertures faites grâce à l’agence… Et surtout une chronologie de son travail.
Des photographes, nous avons juste des anecdotes, parfois l’année de la ou des séances, une brève liste de noms que nous connaissons déjà et loin d’être complète. Un seul photographe a le droit d’avoir sa photo : Joseph Jasgur. Earl Moran semble être aussi présenté mais les auteurs n’en sont pas sûr (assis au bureau de la photo présentée ci dessous). De surcroît cette photo a été prise par Earl Leaf. Ce nom ne vous est peut être pas inconnu, et pour cause ! Il a photographié Marilyn de 1950 à 1962. Hasard ou coïncidence, c’était un familier de l’agence Blue Book mais il n’a jamais photographié Marilyn à l’époque. En dehors de son nom pour les crédits photos, les auteurs n’en parlent pas ! Etrange.

blue-book-photographes

Mais le plus frustrant en tant que lecteur et de surcroît fan, elles décrivent des photos qu’elles ne présentent pas. Très difficile alors de se remémorer le cliché exact dont elles parlent. Le comble est de faire la liste des publicités utilisant l’image de Marilyn durant son passage à la Blue Book sans en montrer une (ou presque) !! Et quoi penser de n’y voir aucune des couvertures de magazines faites par Norma Jeane ?
La frustration devient énorme lorsque vous lisez que dans les archives se trouvent des fiches pour les séances effectuées par Marilyn…

Par ailleurs, je trouve surprenant de trouver plusieurs photos extraites des archives de la Fox lors du premier contrat de Marilyn avec ce studio, s’étalant de l’été 1946 à l’été 1947. Ces clichés n’ont aucun lien avec le travail de Marilyn à la Blue Book. Ils ne peuvent que semer la confusion et le doute. Etonnant ce choix puisqu’il existe des centaines peut être même des milliers de photos de Marilyn travaillant pour l’agence. Par ailleurs les photos ne sont pas seules puisque nous pouvons lire le récit parfois détaillé de son séjour au sein du studio. Quel rapport avec son travail de modèle ?

Mais tout n’est pas si noir, un instant de grâce existe ! Les photos inédites nous sont expliquées dans le détail et là, c’est magique. Nous apprenons que ces photos ont été prises par un groupe de photographes amateurs à Big Tijuana Creek. Miss Snively est présente (d’ailleurs nous pouvons la voir en arrière plan sur une des photos). Elle gardera précieusement ces photos toute sa vie et chérira cet instant comme le meilleur.

1946-big-tijuana-creek

Nous apprenons aussi que des photos que nous pensions tous être de Weege datant de 1949, ne le sont peut être pas ! Apparemment aucunes traces de ces clichés existent dans les archives de ce fameux photographe… Les photos représentent Marilyn en 1949 aux abords d’une piscine en maillot de bain deux pièces rose à volants ou en maillot une pièce vert.
Par ailleurs, nous prenons connaissance du nom du photographe de la série publicitaire pour le Dougals DC6 dont nous avions parlé en mai. Il s’agit de Larry Kronquist que vous pouvez voir sur la photo à gauche en compagnie de Miss Snively et de deux mannequins dans les coulisses de cette publicité.

blue-book

L’avant dernier chapitre du livre est certainement le plus enthousiasmant en révélations. Bizarrement il ne concerne pas les années de Marilyn à la Blue Book.
Nous voici en 1954, Marilyn est devenue une star et n’a plus aucun contact avec Miss Snively. Cette dernière décide d’écrire à la Fox pour faire des photos publicitaires avec Marilyn qui est alors sur le tournage de « There’s no business like show business ». A partir de là Marilyn repris contact avec son ancien mentor.

1954 tournage la joyeuse parade snively et mm

Malheureusement pour Miss Snively, beaucoup de ses courriers adressés à Marilyn durant les années suivantes ne trouvèrent pas de réponse.
Pourtant en 1962, elles recommencèrent à se parler régulièrement au téléphone. Snively proposa une pièce de théâtre qu’elle écrivait ayant pour sujet son agence. Elle voulait Marilyn pour l’un des rôles principaux. Au cours du dernier été de la star, le projet se concrétisait. Mais la mort de l’actrice mis fin à tout espoir de le voir se réaliser.
Les archives nous apprennent aussi que Marilyn tout comme en 1946 à Big Tijuana Creek, accepta de poser au début de l’été 1962 pour un groupe de photographes amateurs !!! Malheureusement aucunes photos n’étaient dans la boîte.

N’oublions pas, non plus, la chronique d’une époque à travers une femme de poigne : Emmeline Snively. Si vous aimez les récits qui vous transportent dans l’exploration du show business et d’Hollywood de la grande époque, cela vous en donnera un bel aperçu.

before-marilyn-pages-12

Brièvement, quoi penser du livre ?
Si vous êtes d’accord sur le fait que ce livre a, avant tout pour cible les fans de Marilyn Monroe, oubliez-le si vous ne lisez pas l’anglais, à moins que posséder quelques photos inédites sur papier vous intéresse.
Le contenu a parfois le goût du réchauffé. Autant acheté le « Private and undisclosed » de Morgan, vous y trouverez les mêmes informations avec parfois plus de détails (je pense aux dates des séances avec Jasgur ou Moran ou Miller…) et aurez une meilleure vision d’ensemble de la carrière de Marilyn. D’ailleurs, je le considère comme une référence ; nous en reparlerons certainement très prochainement.
Les auteurs se perdent dans leur récit. Elles ne savent pas trop s’il faut parler que de Snively ou de Marilyn. Du coup, l’ensemble n’est pas clair et sous entend un gâchis de l’utilisation des archives.

Mon avis vous paraît sans doute dur, il l’est. Ce livre devait être pointu au vu du public visé, malheureusement pour moi je n’y ai pas trouvé ce que je cherchais, dommage.


Une réflexion sur “Avant Marilyn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s