Marilyn Monroe à 20 ans

Livre sorti en 2012 lors des commémorations des 50 ans de la mort de Marilyn, je l’ai acheté que très récemment.
Il faut dire que le format presque poche et les à peine 160 pages pour la modique somme de 12,50€, m’avaient bigrement rebuté.
Pourtant, je dois bien avouer que ce livre m’intriguait d’une parce que c’est 100% français et de deux pour le thème aborder : Marilyn avant la gloire ou comment Norma Jeane est devenue Marilyn Monroe.
Alors j’ai attendu et voilà que je le trouve chez un destockeur pour 1,50€.

Marilyn Monroe à 20 ans

Que puis-je vous en dire ? Et bien pas grand chose ou de moins pas de bonnes.
Cela fait plusieurs semaines que j’ai entamé sa lecture et je n’arrive tout simplement pas à le finir.
Si quelques anecdotes et autres détails de couvertures de magazines sont bien exactes, l’auteur se permet des inventions grand guignolesques. Page 52, elle nous dépeint quelques petits jobs que Norma Jeane a fait dont :

Miss Produits papetiers, cette-fois-ci emballée dans une robe de papier crépon rose vif à disperser mouchoirs et papiers hygiéniques pour 10 dollars par jour

Page 69, nous apprenons que Marilyn fait le pied de grue devant le bureau de M. Zanuck :

Tirée à quatre épingles. Et blonde, les cheveux lissés par le fer chaud, les lèvres impeccablement dessinées et peintes d’un rouge glamour, moulée dans des jupes surmontées de pull en coton fin de préférence sombre pour mettre en valeur la pâleur de son teint et sa chevelure. Mais chaque fois, on lui claque la porte au nez.

Page 77, l’ouverture d’un nouveau chapitre intitulé « Nue » commence de cette façon :

De nouveau Marilyn a faim. Pas question de compter sur Chaplin et Robinson, deux épaves rejetées par leurs prestigieux et prospères ascendants. Charlie Chaplin Jr est à peine plus âgé que Marilyn tandis que Robinson compte moins de vingt années. Ce couple à trois mène une vie de bohème, els garçons profitant de la charité de leurs illustres pères, surtout pour se payer leur drogue quotidienne.

J’ai arrêté ma lecture à la page 89, ne tenant plus.
Je n’ai pas arrêté durant ces 90 pages de poser des petits papiers pour me rappeler l’emplacement des conneries dites (excusez pour le mot mais je n’en vois pas d’autre).

SONY DSC

Alors, soit, je suis un peu extrémiste lorsque des auteurs touchent à Marilyn. Mais Marilyn n’est pas un personnage de roman avec qui on peut s’amuser à sa guise. C’est une personne qui a réellement existé, qui a trimé pour arriver à un tel niveau.
Lorsque je lis ce livre, j’ai une sensation de salissure sur sa mémoire.
Je peux admettre des divergences, des déformations pour le bien d’un récit mais là, franchement, quel est le message ?

Donc, vous vous doutez bien que mon conseil vis à vis de ce livre est de fuir.
Par contre, si vous l’avez lu, j’aimerai bien avoir votre opinion et savoir si les 70 pages restantes sont du même niveau ou pire. Je crois que je n’arriverai jamais à le lire jusqu’au bout…


9 réflexions sur “Marilyn Monroe à 20 ans

  1. Je partage ton avis.Ce livre est une fabulation que s’est permise l’auteure .Je l’ai mais j’ai bien attendu de le trouver à petit prix chez Emaus et je le garde pour ma collection .Comme tu le dis Marilyn n’est pas un personnage de fiction mais une personne qui a ien exister et qui mériterait plus de respect.

    J'aime

  2. J’ai essayé de le lire il y a quelques temps et je me suis arrêté avant toi, avec la même impression ! Je te signale si je le finis un jour… Je sais pas ce que tu en penses mais je lis régulièrement des biographies et j’ai le sentiment que ce traitement farfelu se retrouve souvent chez les auteurs qui traitent la vie de Marilyn. Est-ce parce que je connais mieux le sujet ? ou parce qu’effectivement ils se permettent n’importe quoi ?

    Aimé par 1 personne

    1. Forcément quand le sujet est connu on a tendance a plus voir ce qui cloche mais je pense aussi qu’avec Marilyn les auteurs fantasment énormément sur Marilyn Monroe. Moi je constate que ces dix dernières années surtout, Marilyn s’est transformé en personnage de fiction. Les fantasmes ont pris le pas sur la réalité. Et puis il est plus facile de jouer avec Marilyn parce qu’elle n’a pas de famille pour sauvegarder sa mémoire. Personne n’est là pour mettre en doute toutes ces histoires.
      Il serait intéressant de se pencher sur cet aspect : pourquoi les auteurs s’emparent avec autant de facilité de Marilyn Monroe ?
      Pour revenir au livre de cet article : je crois sincèrement que nous ne le lirons jamais jusqu’au bout ! Le peu que nous en avons lu nous suffit amplement !

      J'aime

  3. On sait jamais, il se peut que je le finisse un jour pour le plaisir de rager 🙂
    Effectivement ce serait une question intéressante à traiter, je crois que j’essaie un peu de le faire de manière pas rigoureuse au fil des écritures. Je n’avais pas pensé à l’absence de famille. Je m’étais dit que la faute de tout ça revenait à Norman Mailer, Joyce Carol Oates, Michel Schneider et compagnie qui ont jeté une grande confusion dans les frontières entre fiction et biographie dans les marilynographies.
    Je me souviens avoir parlé de ce problème à un ami qui est fan de Bob Dylan. Il me disait que c’était un peu la même chose le concernant : chaque auteur se permet de fantasmer et de réécrire la vie de Dylan comme il a envie sans se soucier d’avoir spécialement de preuve historique. Mais la différence c’est que quand on fait un grand biopic sur Bob Dylan, ça donne I’m not there, qui joue justement sur ces problématiques-là et du coup ça devient établi que toute donnée biographique le concernant est probablement fallacieuse ou enflée. Qui a fait ce travail au sujet de Marilyn ?

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement tous ces romanciers ont perturbé la vision de Marilyn. Mailer a certainement fait le plus de mal parce qu’il fut le premier et sa vision a perduré pendant très longtemps, même encore aujourd’hui certains voient Marilyn par ses yeux. Et puis toujours en partie à cause de lui, une vision purement masculine perdure. De là les fantasmes tournent souvent sous un aspect sexuel et dès que quelques personnes mettent à jour le fait que Marilyn était intelligente, vive, indépendante, tout de suite tu verras l’adjectif « fragile » ajouté. Inconcevable de penser que Marilyn malgré ses doutes puissent être une femme libre ! En fait c’est bien plus large que cela.
      Plus j’en parle et plus cela m’intéresse d’étudier tout ça. En tout cas, c’est un sujet passionnant à partager. D’ailleurs, c’est quand que tu viens me voir pour parler en live de tout ça ?:-)

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s