La fin du film

En 2004 Arthur Miller écrit une pièce de théâtre ayant pour titre « Finishing the picture ». Elle sera jouée pour la première fois à l’automne 2004 à Chicago. Quelques mois plus tard, en février 2005, Miller disparaîtra à l’âge de 89 ans.

En avril 2006, les éditions Grasset propose enfin cette ultime oeuvre d’un des plus grands dramaturges américains sous le titre « La fin du film ».

livre-la-fin-du-film

Cette ultime écriture nous fait remonter le temps. La toile de fond : le tournage d’un film en 1960 dans le désert de Californie… Bien évidemment, nul besoin de se torturer l’esprit en analyses pour comprendre que Miller revient sur le tournage chaotique de « The Misfits ».

En moins de 200 pages, nous voilà propulser dans l’univers étrange, angoissant de l’équipe du film : John Huston, Arthur Miller, le producteur, Paula Strasberg, le cadreur… et bien sûr Marilyn Monroe.

Le tournage est interrompu parce que la star du film Kitty déprime dans sa chambre d’hôtel. Elle a du mal à se lever pour aller sur le tournage. Toute l’équipe se retrouve alors à son chevet pour la motiver.

Au prime abord, vous vous dites : ouais, encore une vision très pessimiste de Marilyn… Et bien, c’est tout le contraire !
Miller fait une analyse très fine de ce qui fait l’essence même de Marilyn. Et franchement qui mieux que celui qui vécut quatre années avec elle pour la décrire ?

Cette pièce que j’ai laissé 10 ans dans ma bibliothèque sans réellement la lire, est un bonheur sans nom.
Bien sûr les personnages sont fictifs et quand vous connaissez bien tous les personnages dont Miller s’est inspiré vous voyez distinctement la frontière entre le réel et la fiction.
Mais Miller a ce talent unique de brosser le portrait de chacun avec une justesse hilarante.
J’avoue un délice sans nom pour sa description du couple Strasberg ! Il a su les croquer comme je me les suis toujours imaginé dans la caricature. C’est désopilant.
Vous y verrez aussi une subtile et troublante vision de Marilyn. Personnellement, j’ai été profondément touchée. Cette femme terriblement intelligente joue de son pouvoir dans l’espoir d’y trouver de l’amour sincère.

Je ne vais pas vous raconter la pièce parce qu’elle se lit d’une seule traite avec beaucoup de jouissance.
A vous de craquer (ou non) pour cette pièce de théâtre délicieuse que j’aimerai un jour voir sur scène. Moi j’ai ADORE !


3 réflexions sur “La fin du film

  1. Oh je suis troublé. L’idée que ce livre porte un regard pessimiste c’était exactement la mienne et je n’avais aucune envie de commencer la lecture. Alors je me dis que comme toi je peux complétement changer d’avis. Merci pour cette critique !
    Olivier

    J'aime

    1. Personnellement je ne sais pas si je l’aurai apprécié de la même façon lorsque je l’ai acheté. Aujourd’hui j’ai plus de recul et j’aime particulièrement l’écriture de Miller. Il croque merveilleusement ses contemporains.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s